Aiguiser les capacités secondaires de l’intelligence émotionnelle

Selon le recensement de divers auteurs, il y a 3 composantes secondaires à l’intelligence émotionnelle; l’écoute active, la maîtrise de la communication non verbale et l’exploration de la gamme d’émotion.

L’écoute active

Il ne s’agit pas uniquement d’attendre tranquillement son tour de parole. C’est la qualité de l’écoute qui est ici en jeu. Mobiliser son attention sur ce que la personne choisit d’exprimer et de ne pas exprimer par des paroles, renvoie à la compréhension de la signification profonde du discours.

Il est dit que nous prononçons entre 125 et 150 mots par minute alors que notre capacité mentale est d’en recevoir et d’en traiter 750 à 1200. C’est peut-être ce déséquilibre qui nous rend si peu aptes à écouter. Notre esprit utilise du temps entre les mots pour vagabonder.

Ceux qui pratiquent l’écoute active se consacrent à une seule chose et ils participent pleinement à ce qui est dit

Écoute non verbale

Ils écoutent également avec leurs yeux. Les expressions du visage, les gestes, les lapsus jouent un rôle considérable. Notre inconscient interprète tous les mouvements les plus subtils. Par exemple, vous mangez avec une amie et des brides de nourriture demeurent accrochées aux commissures de ses lèvres, un simple geste avec votre serviette pour essuyer le bord de vos lèvres, laisse à penser que votre amie fera de même, essayez, vous verrez, c’est impressionnant!

Gamme des émotions

L’écoute active et l’adéquation du langage corporel au discours représentent des éléments importants dans la boîte à outils de communication, mais la compréhension et la gestion des sentiments constituent une autre dimension fort importante. Nous savons tous ou presque distinguer des nuances aussi diverses que la colère, la tristesse, l’anxiété, néanmoins certains individus demeurent aveugles en ce qui concerne leurs propres sentiments. Ils sont complètement étrangers à ce qui se passe en eux.

Tous nos états d’esprit recèlent à la fois des aspects positifs et des côtés négatifs. La colère par exemple provoque des tensions physiques, mais a aussi une fonction protectrice de l’estime de soi, car elle engendre un sentiment de légitimité et incite à l’action. La tristesse a aussi 2 visages, elle provoque un sentiment de mal-être, inhibe l’action, peut affaiblir des défenses immunitaires et en même temps conduit à une position de repli propice au ressourcement. Si nous voulons exploiter les effets positifs et réduire les effets négatifs de nos émotions, nous devons être capables de les reconnaître et de les exprimer de manière constructive.

Les personnes dotées d’une puissante intelligence émotionnelle établissent des relations solides avec les autres, savent mieux que les autres se motiver et motiver leurs collègues et leurs employés. Ils se démarquent davantage au niveau de l’innovation et de la créativité, fonctionnent avec plus d’aisance sous pression, sont des leaders efficaces, gèrent plus aisément le changement et sont en paix avec elles-mêmes.

Plus un individu occupe une position élevée dans la hiérarchie, plus l’intelligence émotionnelle devient primordiale et inversement les compétences techniques perdent de leur importance.

Le plus difficile dans la vie est de se connaître soi-même * Thalès

Texte inspiré de La face cachée du leadership par Manfred Kets de Uries et L’intelligence du cœur par Isabelle Filliozat.

Copyright © 2017 Michelle Collard. Réalisation web par Eve Drouin-V.